Bouffée d’abîme

Il est des soirs où je veux faillir, m’abîmer, m’aliéner, me couler, me fondre dans la plus minable des faiblesses, subversivement perdu, s’abandonner, se liquéfier, dé-consister, disparaître, mélodramatiser, succomber, n’être rien de victorieux, m’abattre, m’échouer, me fragiliser comme un verre ébréché, fissuré, me fendre, attendre la becquée – elle ne vient jamais – et être aussi sans défense qu’un nouveau-né sans sa mère.

Il est des soirs où à grandes goulées je veux reboire le délicieux Poison.

« Au réveil il était midi. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s